C. Expertise et analyse des objets

Objet 1:

 L'objet est soumis à une expertise, c'est à dire une analyse complète. Le client veut connaître l'âge précis de cette statuette. Deux échantillons sont prélevés sur cette servante en terre cuite d'époque présumée Han : le A se situe à l'arrière de la tête et le B dans la fesse droite.

Lieux de prélèvements 

Etude des courbes :

Courbes d'analyse de la servante Han

Les courbes pour les prélèvements A et B sont similaires donc les échantillons sont homogènes.
Nous étudierons seulement le prélévement B.
Les graphiques ci dessus correspondent aux courbes normalisées et à la loi d'acquisition (voir détails dans "Protocole expérimental").

Les courbes normalisées, nous montrent une proportionnalité de l'intensité émise suivant les différentes doses de radioactivité.
L'intensité de thermoluminscence émise par les échantillons dans leur état naturel est satisfaisante, on ne constate aucune anomalie de forme.

Parallèlement, l'étude de la loi d'acquisition confirme la linéarité (les points sont alignés).

Il est légitime d'extrapoler pour déterminer la dose archéologique (quantité de radioactivité totale reçue au cours du temps par l'objet).
Pour le prélèvement B de cet objet la dose archéologique est de 7,2 Gray.
La même étude du prélèvement A conduit à une dose archéologique de 7,6 Gy.
En moyenne la dose archéologique est de 7,4 Gy.

Dans le cas étudié, la statuette appartient à la culture Han la dose annuelle moyenne retenue pour cette civilisation est de 4,2 mGy/an.

La formule : Age = Dose_Archéologique / Dose_annuelle permet d'estimer la dernière chauffe à 7,4 / 0,0042 = 1760 années.

En conclusion :
- les résultats obtenus sur les deux prélèvements sont homogènes
- les courbes ne présentent pas d'anomalie
- la cuisson est ancienne, datée d'envrion 1760 années compatible avec l'époque présumée (âge entre 1500 et 2000 ans)

Du point de vue de la thermoluminescence, rien ne s'oppose à ce que la pièce soit authentique.

En pratique cette pièce, peu restaurée, de belle facture avec une polychromie bien conservée, est d'une valeur estimée à plus de 5 000 €.

Objet 2 :

Pour cet objet, le propriétaire a souhaité un simple test d'ancienneté.
Deux prélèvements ont été réalisé sur cette hydrie antique : l'échantillon A se trouve en haut de la panse et l'échantillon B situé à l'avant de l'assise. 

Etude des courbes :

Courbes de thermoluminescence 

Les courbes de thermoluminescence Nat A et Nat B figurent l'intensité de lumière émise lors de la chauffe en fonction de la température des deux prélèvements.
Les courbes pour les prélèvements A et B sont similaires donc les échantillons sont homogènes.

On observe que l'intensité de thermoluminescence est très faible (à peine supérieure au bruit de fond).

Après la mesure de la thermoluminescence des échantillons à leur état naturel, puis une nouvelle chauffe destinée à mesurer le bruit de fond, on est certain que les puits de potentiels ont été entièrement vidés.
On procède alors à une irradiation artificielle des nacelles avec une dose correspondant approximativement à celle reçue au cours du temps par un objet est authentique de cette époque.
On mesure la thermoluminescence des nacelles irradiées afin de tracer les courbes Art A et Art B.

Lorsque l'on compare les courbes Nat avec les courbes Art, on observe une différence très significative de forme et d'intensité lumineuse.

En conclusion :
- les résultats obtenus sur les deux prélèvements sont homogènes
- les courbes naturelle sont plates et ne présentent pas de pic significatif
- la thermoluminescence naturelle est très faible et très inférieure à celle d'échantillons irradiés
- la dernière chauffe de l'échantillon est récente

Du point de vue de la thermoluminescence, la pièce apparaît moderne.

En pratique, une pièce authentique de ce type, de cette taille et de cette qualité aurait une valeur de 3 000 à 4 000 €. La copie peut être vendue entre 150 et 300 € !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×