A. L'irradiation artificielle

Quelques temps après la découverte de la technique de datation par thermoluminescence, certains faussaires ont mis en œuvre une technique d'irradiation d'objets modernes dans le but de faire passer des objets modernes comme anciens.
Rappelons que le stockage d'énergie sous forme d'électrons est proportionnel à l'âge et que l'on mesure la luminescence émise lors de la chauffe qui est elle proportionnelle à la quantité d'électrons piégés.
Cependant, la technique d'irradiation artificielle n'étant pas très bien maitrisée, l'âge évalué par thermoluminescence est en dehors des fourchettes acceptables au vu du style de l'objet. La difficulté pour les faussaires consiste à trouver le bon dosage.

Cette méthode de fraude a été améliorée au cours du temps.
Les doses de radioactivité artificielles sont mieux contrôlées afin d'obtenir un âge en correspondance avec le style. Toutefois, les professionnels de la thermoluminescence réussissent à différencier les irradiations artificielles brutales des irradiations naturelles qui sont très progressives.
Lors de l'irradiation artificielle d'un objet récent, on l'expose à une forte dose de radioactivité durant une brève durée. On observe alors un pic de luminescence autour de 100°C.
Dans le cas d'une irradiation progressive ce pic de luminescence ne se forme pas. La présence sur la courbe de luminescence de ce pic indique donc un faux irradié.
Les fraudeurs ont recherché et trouvé un moyen de contourner le problème en chauffant l'objet aux alentours de 100°C après irradiation pour supprimer ce pic.

Il reste néanmoins une difficulté pour frauder : il faut connaître la sensibilité de la terre utilisée au phénomène de TL. Dans ce but quelques types de terre ont été soigneusement étudiés et testés. On remarque que les faux irradiés sont souvent réalisés à partir de ces mêmes terres.
En effet, pour donner la dose correspondant à l'ancienneté désirée, il faut connaître la sensibilité de la terre au phénomène de TL. Un type de terre a donc été soigneusement étudié et testé.
Les spécialistes sont à même de reconnaître ces terres très caractéristiques et stéréotypées par un examen de la composition minéralogique de l'objet.

En complément du test de thermoluminescence, une observation à la binoculaire permet de rechercher les traces d'enfouissements telles que des traces de concrétions minérales ou de dégradation par les radicelles etc.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×